Etudes pour un paysage amoureux

Etudes pour un paysage amoureux - Affiche

Six soeurs se prélassent au bord de leur château en rêvant d’amour et d’eau fraîche. Elles le dessinent et le cueillent sous forme de fleurs, tandis que l’une d’elles s’apprête à convoler en justes noces. Le tableau semble parfait. Trop parfait…

Il y en aura neuf. A l’instar d’épisodes d’une série TV, chacun se consacrera au futur de chacune d’entre elles. Car à mesure que le film déroule sa fresque, le tableau va s’assombrir et leur réserver un bien dur destin de femme…

Etudes pour un paysage amoureuxPour son quatrième film, le jeune réalisateur Clément Schneider de l’association des Films d’argile a décidé de poser sa caméra en plein 17ème siècle pour suivre ces six héroïnes que l’amour et la mort s’apprêtent à séparer. Si à première vue, le cadre peut sembler très classique, ainsi que la réalisation, c’est pour mieux épouser l’imagerie de l’époque. Car ce qui frappe en premier lieu dans ce film est la force de l’écriture et de la mise en scène qui composent à chaque plan une reconstitution digne des plus belles toiles du siècle, servis par les très beaux décors de la Saône-et-Loire et immergeant par le langage au plus près de l’existence figée  de ces jeunes femmes.

Morgane Pisoni - Etudes pour un paysage amoureuxCar au delà du sujet de l’amour, c’est bel et bien de la condition féminine dont parle le film avec ces princesses déchues, ballottées et vendues dans une vie qu’on ne leur demande pas de choisir, obligées alors de se raccrocher à de maigres certitudes pour survivre.
Chacune d’entre elles, jouées avec conviction par de jeunes comédiennes, incarnent ainsi un archétype désenchanté des codes de cette époque et on suit, captivé, le cheminement psychologique de ces jeunes femmes bien éduquées, soudainement arrachées avec dureté au monde de l’enfance.

Si le film peut évoquer le Virgin suicides de Sofia Coppola dans l’approche psychologique de ces six soeurs, on aurait bien aimé qu’un soupçon de modernité dans la veine de Marie Antoinette colore un peu ce ce décor. Mais ces premières « Etudes… », alliant fine analyse sociologique et maîtrise du cadre, sont déjà fort prometteuses et on espère rapidement voir les films d’argile transformer ce beau coup d’essai.

Marion Trémontels & Baptiste Gaubert - Etudes pour un paysage amoureux

Etudes pour un paysage amoureux
jeudi 28 février et vendredi 1er mars à 13h
Cinéma Saint-André des Arts

By the way:
Pour en savoir plus sur le film, et l’association de jeunes cinéastes des Films d’argile, retrouvez tout de suite notre interview de la scénariste Chloé Chevalier.

Etudes pour un paysage amoureux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s