J’ai couru comme dans un rêve – Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis

J'ai couru comme dans un rêve - Compagnie Les sans-cou

Ecrite par la jeune compagnie des Sans cou, «J’ai couru comme dans un rêve» entraîne son public dans un voyage qui brasse à la fois les thèmes de la vie, de la mort et de l’amour, tout en évitant savamment de tomber dans la contemplation hébétée d’un Terrence Malick.
Grâce à un postulat simple et fort : le même jour, Martin apprend qu’il va mourir d’une tumeur foudroyante au cerveau et qu’il est aussi bientôt père d’une petite fille. Il part alors vivre ses derniers jours au sein de sa famille. Mais à mesure que la tumeur progresse, son esprit s’égare entre souvenirs, rêveries et versions alternatives de sa vie.

J'ai couru comme dans un rêve - Compagnie Les sans couEt le spectacle d’enchaîner les délires déjantés et les pures idées de mises en scène, entre une réunion sordide de patrons de chaînes habillés façon disco pour décider d’un nouveau concept d’émission de télé-réalité et une relecture jubilatoire des aventures de Tintin.
Des délires principalement basés sur de l’improvisation complète, marque de fabrique de la troupe depuis déjà 8 créations, qui font défiler à toute vitesse les trois heures de ce spectacle enivrant.

J'ai couru comme dans un rêve - Les sans couMais la pièce en profite pour dire des choses profondes sur la vie, notamment via l’apparition d’un metteur en scène quasi-divin qui vient questionner l’évolution de ses personnages, et donc nos comportements face à la souffrance du monde. Un discours fort qui touche directement à l’âme, porté par l’interprétation presque viscérale de ses comédiens.
Une qualité d’écriture et de jeu qui pardonne d’ailleurs les excès d’une deuxième partie moins maîtrisée, tant le cœur et la poésie restent au centre de la scène.

J'ai couru comme dans un rêve - Les sans cou

On ressort de la salle bouleversés, avec une réplique finale qui gonfle le cœur d’espoir et donne envie de courir encore pendant longtemps le long de ce rêve qu’est la vie.
A voir, tout simplement.

J'ai couru comme dans un rêve - Compagnie Les sans-cou

J’ai couru comme dans un rêve
Par la compagnie Les sans cou

Du 6 au 27 avril
Théâtre Gérard Philipe
Infos et réservations: 01 48 13 70 00
Ouverture: Du lundi au vendredi de 14h à 19h
Le samedi de 14h à 19h

Mise en scène d’Igor Mendjisky
Avec:
Éléonore Joncquez ou Camille Cottin
Esther Van Den Driessche
Clément Aubert
Romain Cottard
Paul Jeanson
Arnaud Pfeiffer
Et Frédéric Van Den Driessche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s