Le bleu est une couleur chaude.

Palme d'or 2013 pour La vie d'Adèle: Léa Seydoux, Abdellatif Kechiche & Adèle ExarchopoulosLa planète ciné vous le crie depuis le dernier Festival de Cannes : le prochain film à voir en 2013, c’est La vie d’Adèle – Chapitres 1 & 2, histoire d’amour passionnelle et passionnée entre deux filles, primée, hasard du calendrier, le jour d’une manifestation pour le mariage pour tous (merci à Spielberg, Président du Jury) et nouveau coup d’éclat du réalisateur Abdellatif Kechiche après les multi-récompensés L’esquive (2004) et La graine et le mulet (2007).

En attendant de vérifier si ce film est bien le chef d’œuvre annoncé par toute la presse, Vi(e)sions a décidé de se pencher sur la BD dont a été tiré le film : Le bleu est une couleur chaude, parue en 2010 et déjà lauréate d’un prix du public à Angoulême en 2011.

Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

Le bleu est une couleur chaude - Julie MarohSur un tel sujet, si on pouvait craindre l’éternelle chronique d’ado en proie à ses premiers émois amoureux ou un manifeste virulent pro-gay, ce Bleu réussit son coup en décrivant surtout une histoire d’amour aux accents parfaitement justes, surement beaucoup aidé par le vécu de son auteure Julie Maroh, que ce soit dans le parcours de son héroïne Clémentine (la fameuse Adèle du film) en pleine construction d’elle-même ou dans sa relation avec la belle Emma (interprétée par Lea Seydoux) soumise aux mouvements cruels et changeants de la vie, faite d’occasions manquées et de révélations.

Le bleu est une couleur chaude - Julie MarohCouvrant une période de 15 ans, ce Bleu offre aussi un beau témoignage de la perception de l’homosexualité dans les années 90 et de la difficulté de la vivre et de la comprendre au quotidien dans un monde où l’on parlait encore pendant un temps de « détraqués sexuels ». Servi par un graphisme aux influences maîtrisées (on pense aussi bien au manga dans certains mouvements et regards qu’à Marjanne Satrapi dans les visages) qui alterne noir et blanc et couleurs, ce Bleu est une histoire envoûtante qui ne peut qu’être mise entre toutes les mains.

Le bleu est une couleur chaude - Julie Maroh

Le bleu est une couleur chaude - Julie MarohNe reste plus qu’à voir l’adaptation de Kechiche, puisque l’auteure elle-même la décrit comme « une autre version/vision/réalité d’une même histoire » et que quand j’ai signalé à mon Rédac Chef que je lisais la BD à l’origine de La vie d’Adèle, tout ce qu’il a trouvé à me dire est « Pour que tu puisses te branler dessus ? ». Ce qui en dit long sur ce qu’on retient du film. Rendez vous donc en octobre prochain pour vérifier si le film est une description brute d’une relation homosexuelle ou bien la chronique sentimentale pétrie de tendresse et de sensibilité qu’est la BD.

D’ici là, plongez sans hésiter dans ce « Bleu du ciel, bleu des rivières, source de vie… »

Adèle Exarchopoulos & Léa Seydoux - La vie d'Adèle

By the way:
La réaction post-Palme de Julie Maroh, auteure du Bleu est une couleur chaude.

– Au lendemain même de sa Palme d’or, La vie d’Adèle était déjà au centre de nombreuses polémiques. Serge Kaganski, journaliste aux Inrocks, fait le point.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s